Jerusalem

Découverte des restes de neuf crapauds décapités

Les archéologues israéliens ont fait une étrange et inhabituelle découverte durant une fouille sur un site de sépulture cananéen datant d’il y a 4000 ans, à Jérusalem. Dans la tombe ils ont découvert une jarre extrêmement bien conservée qui contenait les restes de neuf têtes de crapauds. Les experts suggèrent que cette découverte pourrait nous éclairer sur les coutumes funéraires durant les périodes cananéennes de l’âge du bronze. Ils pensent qu’il pourrait s’agir d’une offrande destinée à nourrir le mort dans l’au-delà.
La co-directrice des fouilles, l’archéologue Shua Kisilevitz de l’Autorité des Antiquités d’Israël n’a pas été surprise de découvrir de la nourriture dans une tombe. En effet, il était habituel à cette époque de laisser un peu de nourriture au défunt afin qu’il puisse se nourrir en cas de faim. Découvrir des crapauds est quoi qu’il en soit inhabituel, l’archéologue précise d’ailleurs « A ma connaissance, le seul endroit où fut découvert d’autres crapauds est Wadi Ara et date de l’âge du bronze tardif ».
Shua Kislevitz ne savait pas exactement pourquoi les crapauds étaient décapités. Elle a néanmoins émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’enlever les parties toxiques de la peau et que l’on est peut-être devant un modèle de la façon dont étaient préparés les crapauds.

tanami
En plus du pot de crapauds, des bols de céramiques intactes et de la vaisselle ont été utilisé pour dater l’enfouissement. Du pollen de dattier et de myrte non originaire de Jérusalem ont aussi été trouvés dans l’excavation. Le myrte provient du nord et les dattiers d’autres régions.
Madame Kisilevits a précisé : « Les découvertes de tombes intentionnellement scellées à l’antiquité sont de véritables trésors. Ce sont des capsules temporelles qui nous permettent de remonter dans le temps et de découvrir des objets tels qu’ils étaient originellement ».

Crédit photos : Autorité des Antiquités d’Israël

Contactez nous






* Champs obligatoires